banniere

Iridologie

Tous les organes vitaux ont leur correspondance dans une des parties de l'iris. Grâce à l'iridologie, on peut y reconnaître aussi bien les tendances pathologiques, les lésions, que les évolutions favorables de maladies. Lorsqu'un organe est stable, son contour dans l'iris apparaît stable également, c'est-à-dire sans aucune altération.

L’art de déterminer l’état de santé au travers de l’aspect des yeux, remonte à l’antiquité. Il se basait alors sur des principes astrologiques encore plus anciens. L’iridologie a des bases scientifiques et fut utilisée et promue par les médecines allopathiques jusqu’à la deuxième moitié du XXème siècle. Des techniques de diagnostic d’une nouvelle génération vinrent alors mieux s’adapter à la façon de traiter la maladie.

L’ECOLE AMERICAINE

Henry Lindlhar affirmait que toutes les maladies bénignes sont un effort de nettoyage naturel de l’organisme. Il s’est fait remarquer comme précurseur de la crise curative. Bernard Jensen, éminent iridologue et docteur en chiropractie au sein de l’école américaine, est l’auteur qui a le plus publié sur l’iridologie et le plus connu dans le monde. Son oeuvre la plus importante est “Iridology”, qui présente une multitude de cas cliniques et de photographies. Un de ses plus grands mérites fut d’établir la correspondance de nombreux point de l’iris, alors que sa carte iridologique a été amplement connue et utilisée dans le monde entier. Il est pionnier dans l’application de nouvelles technologies dans le domaine de l’iridologie.

L’ECOLE FRANCAISE

Parmi les pionniers de l’iridologie en France, le Docteur Léon Vannier, membre de la société homéopatique française et auteur de nombreux ouvrages. Les plus récents dans l’école française furent Gilbert Jausas et le professeur René J. Bourdiol, qui développèrent une carte différente. S’est également fait remarquer un auteur sud africain, Alfred Cuddington, qui arriva à systématiser une carte de localisation des différents noyaux cérébraux dans la zone supérieure de l’iris.

ECOLE ESPAGNOLE

En Espagne l’iridologie est apparue avec l’opthalmologue Juan Angel Bisaurrazaga. Il fut peu connu car il dû s’exiler de l’Espagne de l’après-guerre. Le Dr. Ferrándiz, a écrit le livre "Iridodiagnosis". Nombreux, intéressés par le sujet, ont entamé leur travaux en se basant sur cette oeuvre. Unique ouvrage disponible sur le marché pendant de nombreuses années.