banniere

Régimes forts en fibres : moindre risque de diverticulose

Un régime végétarien et une consommation élevée de fibres diminuent significativement les risques d’hospitalisation et de décès de causes diverticulaires. Les résultats d’une grande étude de cohorte prospective viennent d’être publiés dans le British Medical Journal par une équipe britannique de l’Université d’Oxford. Ils confirment l'intérêt d'un régime riche en fibres pour prévenir la diverticulose et ses complications.

Les chercheurs ont examiné une cohorte de 47 033 adultes issus de l’ensemble du Royaume-Uni. Ils leur ont soumis un questionnaire alimentaire (130 items) et ont étudié les liens entre le régime alimentaire et la survenue de diverticulose. Parmi eux 33% (n=15 459) étaient végétariens.

Au total, après un suivi de 547 312 personnes-années (11,6 ans de suivi en moyenne), 821 cas de maladies diverticulaires ont été observés (hospitalisations ou décès). Les participants ont été classés en 4 groupes en fonction de leurs habitudes alimentaires : régime carnivore, pas de viande mais du poisson, végétariens (pas de viande, pas de poisson mais des œufs), et végétaliens.

Le fait d’avoir un régime végétarien ainsi que le fait d’avoir une consommation élevée de fibres étaient indépendamment associés à un risque diminué de maladies diverticulaires (respectivement de 30% et 41%). En effet, parmi les mangeurs de viande ou de poissons, consommer plus de 25 grammes de fibres par jour diminuait significativement les risques de diverticulose par rapport aux personnes consommant moins de 14 grammes par jour.

Alors que depuis plusieurs années, le nombre d’admissions à l’hôpital pour diverticulose a augmenté et que sa prévalence est très élevée en Europe et aux Etats-Unis, cette étude souligne l’intérêt de ce régime préventif : modérer sa consommation de viande et varier son alimentation.

Dr Caroline Puech Références : Crowe FL, Appleby PN, Allen NE, Key TJ. Diet and risk of diverticular disease in Oxford cohort of European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC) : prospective study of British vegetarians and non-vegetarians. BMJ. 2011 Jul 19 ;343:d4131. Date de publication : 18-10-2011