banniere
Boutique en ligne Conseils personalisés Tests forme et santé

Sécurité alimentaire

L'Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA), a reçu ces trois dernières années plus de 4.000 demandes d'entreprises du secteur de l'alimentation souhaitant communiquer sur les bénéfices de leurs produits. Parmi eux la moitié (environ 2.000) ont été refusées, car la documentation et les essais qu'ils présentaient pour démontrer ces propriétés n'étaient absolument pas clairs.

Ainsi l’a assuré le Président du Comité Scientifique de l’Agence Espagnole de Sécurité Alimentaire et de Nutrition (AESAN) Andreu Palou, qui jusqu’à il y a quelques mois était également vice-président du groupe scientifique sur la nutrition de l’EFSA. Cet organe de référence de la Commission Européenne a pour mission de vérifier que derrière chaque demande d’allégation il y a un bien fondé scientifique.

Un nombre croissant d’aliments vendus au sein de l’UE font l’objet d’allégations nutritionnelles et de santé. Une allégation nutritionnelle communique ou suggère qu’une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques. Il s’agit par exemple des mentions « faible teneur en graisses », « sans sucre ajouté » ou « riche en fibres ». Par allégation de santé, on entend toute mention utilisée sur les étiquettes, à des fins publicitaires. A titre d’exemple : indiquer que la consommation d’un aliment donné peut avoir des bienfaits sur la santé, peut contribuer au renforcement des défenses naturelles de l’organisme ou améliorer les capacités d’apprentissage.

Pour pouvoir annoncer un tel bénéfice, les entreprises doivent apporter des études scientifiques menées chez l’humain, qui certifient que la consommation est "éminente pour la santé" dans les termes utilisés pour les promouvoir et "dans des quantités compatibles avec un régime équilibré".

Parmi les 4.000 produits qui ont fait l’objet d’une demande, seulement 30 % d’opinions favorables a été émises. Les autres sont encore en cours d’analyse ou bien ont été retournées aux états membres chargés de canaliser les demandes.

Le but de l’Union Européenne est d’élaborer un fichier des produits qui ont démontré leur bénéfices pour la santé et qui en conséquence, peuvent l’annoncer sur les emballages ou dans leur publicité.